Longtemps, j’ai voulu filmer le bonheur.

Faire des films, pour moi, ça ressemble à ça. Raconter une histoire. Rencontrer des hommes et des femmes. Partager leurs émotions. Comprendre sans expliquer. Traduire en images ce que les mots, quelquefois, ont du mal à approcher. Le frémissement d’une branche au printemps, le regard d’un enfant qui réalise ce que la vie peut ou ne peut pas lui apporter. Et surtout l’espoir de toutes les petites lumières, qui contribuent à éclairer la vie et à faire progresser la marche du monde. J’assume ce regard naïf et émerveillé. D’autres savent filmer le combat, la lutte ou l’injustice. Et heureusement qu’ils sont là. Le territoire que je veux montrer est celui ou les tensions s’apaisent, ou les handicaps se surmontent, ou la vie triomphe toujours.

Articles récents
Instagram did not return a 200.